Charpenter une idée de construction écologique – Nymphéa

L’abri Nymphéa, La folie des grandeurs

En 2007, l’abri Nymphéa a été primé au festival des petites machines à habiter organisé par le conseil d’architecture d’urbanisme et d’environnement de la Sarthe.

Jean Baptiste BUREAUX, Peggy GARCIA, Caroline MANGIN et l’urbaniste Céline ORIOL, du cabinet d’architecture parisien APIE Architectes, créateurs du projet ont été séduits par l’objectif : Réaliser une petite construction d’agrément sans lien physique avec la maison. C’est ce qu’on appelait au 18ème siècle, une folie. Elle exprimait l’extravagance de ses propriétaires. Il fallait imaginer un pavillon de jardin en bois pour la détente pour qu’un couple puisse y dormir, y accueillir quelques convives et ranger les outils de jardin : Une folie dans l’air du temps.

La toiture en forme de fleur de Nymphéa, d’où le nom du projet, permet de récupérer l’eau de pluie qui alimente les toilettes sèches, la douche, un lavabo …
2 modules seront connectés et s’ouvriront pour se mouvoir horizontalement sur des rails, pour gagner de l’espace et permettre d’assumer ses besoins en énergie en totale autonomie : eau, électricité, égouts …

Parler d’écologie et de développement durable, c’est bien Réaliser un projet, c’est mieux

La direction du centre voulait mobiliser des jeunes apprentis qui débutaient dans le métier de charpentier.
Autant qu’ils débutent leur apprentissage par un projet innovant et original.
Réalisé grâce aux concours financiers de la fondation BTP+ et du centre de formation.

La cheville ouvrière

Sur une idée de la direction, c’est Bruno ANIS, formateur de charpente couverture qui a été la « cheville ouvrière » du projet. Il a motivé sans relâche ses apprentis et ses collègues formateurs.
Projection dans l’espace, dessin des plans complexes, volumétrie, apprentissage des tracés et des coupes …
Défi relevé par les apprentis : Cette construction en bois, respectueuse de l’environnement est en cours de finition. Elle s’auto suffira en énergie, récupèrera les eaux de pluie pour son fonctionnement, et sera chauffée par un poêle à bois, et éclairée par des panneaux solaires.

Et pour finir Nymphéa servira de lieu de repli pour les apprentis désireux de jouer aux cartes ou de s’adonner à la lecture, lors de leurs activités au club socioéducatif.

100 apprentis de tous les métiers mobilisés
Le 2 novembre 2009, posté dans: Animations pédagogiques par

Se connecter pour poster un commentaire.

Etablissement géré par les professionnels avec le concours financier :